6 août 2018 – Les vendanges pour le « Federweisser », du jeune vin encore en fermentation, se sont officiellement ouvertes cette année le 6 août à Lörzweiler, en Hesse rhénane – un record de précocité. Avec un moût d’une densité dépassant les 90 degrés Oeschle, les raisins Solaris, une variété hâtive, étaient déjà exceptionnellement sucrés.

 

Dans quelques jours, au tour du Palatinat et du pays de Bade d’entamer la vendange pour cette populaire spécialité automnale. Parallèlement, certaines autres régions commenceront à récolter les raisins destinés à la production du sekt (vin mousseux), pour lequel un bon équilibre acidité-fruit est essentiel.

 

Les vendanges pour les cépages tels que Müller-Thurgau et Frühburgunder (Pinot précoce) devraient elles aussi commencer partout au pays plus tôt qu’à l’habitude, soit à la fin du mois d’août. Phénomène exceptionnel, cette précocité s’observe même dans la région allemande la plus septentrionale, Saale-Unstrut. Les cépages plus tardifs, tels que le Riesling et le Spätburgunder (Pinot noir), suivent pour leur part la tendance et devraient être ramassés à la mi-septembre, plutôt qu’au début d’octobre.

 

Cette situation s’explique par le débourrement rapide, gracieuseté d’un printemps anormalement doux – avril 2018 a été le mois d’avril le plus chaud qu’ait jamais connu l’Allemagne. Par la suite, durant l’été, les températures élevées et les longues heures d’ensoleillement ont accéléré le développement des baies, en ce moment trois semaines en avance par rapport à la moyenne à long terme. Jusqu’ici, par ailleurs, les vignes plus âgées – qui puisent leur eau en profondeur – se sont très bien accommodées de cette sécheresse qui dure depuis maintenant huit semaines. Cependant, il a fallu irriguer les vignes en sol peu profond ou dans les jeunes vignobles. Il reste à voir comment les vignobles vont ultimement réagir face au temps chaud et sec qui est encore annoncé.

 

La vendange abondante, couplée à la maturité optimale et au bon état sanitaire des raisins, laisse espérer un millésime caractérisé par de bons rendements et une excellente qualité. Seul possible bémol, un manque d’eau qui se prolongerait et qui pourrait influer sur la vendange, de la même façon que pourrait le faire un long épisode de pluie à la fin d’août ou en septembre.

 

Les vignerons espèrent donc connaître sous peu d’abondantes pluies estivales, tout en souhaitant une arrière-saison sèche pour la période des vendanges, idéalement avec une succession de jours chauds et de nuits fraîches.

 

Ces conditions réunies, tout permettra d’obtenir un millésime 2018 tout à

fait mûr et d’excellente qualité.