Les ventes de vin allemand à l’étranger ont globalement augmenté, l’an dernier. Selon l’Institut du vin allemand (DWI), le volume de vin exporté a connu une hausse de 3 pour cent par rapport à l’année précédente, pour s’établir à 1,04 million d’hectolitres. En valeur par contre, les exportations ont baissé de 0,6 pour cent à 305 millions d’euros, tandis que le prix moyen a lui aussi chuté, de 11 centimes, s’établissant ainsi à 2,93 €/litre. « Cette variation s’explique essentiellement par les rendements élevés enregistrés en 2018 après ceux, exceptionnellement faibles, connus en 2017. L’offre étant plus grande et le marché dès lors très compétitif, le prix moyen record enregistré pour nos vins a été difficile à maintenir », souligne Monika Reule, directrice générale du DWI.

 

Également en baisse, les exportations à destination des États-Unis, le plus gros client de l’Allemagne. La chute est vraisemblablement attribuable à la consommation de vin là-bas, qui a décliné pour une première fois en 2018 après plusieurs années de croissance. Concrètement, pour les exportateurs allemands, cela a signifié un recul en volume de quatre pour cent, à 164 000 hectolitres ; les ventes en valeur ont suivi, baissant de neuf pour cent pour s’établir à 65 millions d’euros.

 

Les tarifs douaniers américains de 25 pour cent imposés notamment sur les vins allemands et en vigueur depuis octobre dernier n’ont pas encore impacté le bilan de 2019. Ils risquent fort, toutefois, d’avoir une incidence négative au courant de la présente année.

 

Par ailleurs, la suppression en février 2019 des tarifs imposés par le Japon grâce à JEFTA, l’accord de libre-échange entre ce pays et l’Union européenne, a profité au vin allemand. Nos vignerons exportateurs ont connu au Japon une hausse de 17 pour cent en volume et de 13 pour cent en valeur.

 

Les exportations de vin allemand en Scandinavie et au Danemark ont continué à connaître du succès, en 2019. Les ventes totales dans ces quatre pays s’élèvent aujourd’hui à 182 000 hectolitres et 56 millions d’euros, soit une hausse de quatre pour cent en valeur et deux pour cent en volume.

 

En Chine, le prix moyen a augmenté de 35 cents, s’établissant à 5,17 €/litre. Conséquemment, la valeur des exportations de vin vers ce cinquième plus important marché a augmenté de deux pour cent, à 17 millions d’euros. Les ventes en volume ont par contre fléchi de 5 pour cent, à 33 000 hectolitres. Compte tenu de l’éclosion du coronavirus, le DWI prévoit une baisse des affaires avec la Chine pour les premiers mois de 2020.

 

Étant donné le contexte global actuel, les différends commerciaux, le Brexit et l’incertitude engendrée par le coronavirus, la directrice générale du DWI, Monika Reule, prévoit que la concurrence sera élevée cette année sur les marchés internationaux. « En 2020, précise-t-elle, nous devrons travailler fort pour maintenir notre niveau actuel d’exportations. »