6 juin 2019 – Le premier trimestre de l’année s’est avéré bon pour les exportations de vin allemand. Comme l’Institut du vin allemand (DWI) l’a souligné lors de son forum sur les exportations tenu récemment à Oppenheim, les ventes à l’étranger ont augmenté en valeur de trois pour cent à 67 millions d’euros, par rapport au même trimestre l’an dernier. De leur côté, les exportations en volume ont augmenté de un pour cent à
230 000 hectolitres.

Les statistiques de 2017 avaient plutôt montré une baisse de 5 pour cent dans les ventes, principalement en raison d’un faible volume de récolte. En tout, environ un million d’hectolitres de vin allemand ont pris le chemin de l’étranger, en 2018.

Un regain d’intérêt pour l’exportation

De manière générale, le DWI note un regain d’intérêt pour le marché export, comme l’a fait ressortir son forum très couru. « Grâce aux prix moyens plus élevés ces dernières années, de plus en plus de producteurs réalisent que l’exportation constitue une avenue financièrement intéressante, qui permet de mieux composer avec un marché allemand intérieur hautement concurrentiel, explique Monika Reule, directrice générale du DWI. En effet, précise celle-ci, le prix moyen de toutes nos exportations en 2018 a franchi pour la première fois le seuil des 300 euros l’hectolitre. »

La Finlande double sa mise

Les pays scandinaves demeurent d’excellents clients pour le vin allemand. La tendance positive observée ces dernières années ne se dément pas en 2019. Tomas Lönnberg, de l’importateur finlandais Norex Selected Brands Oy, a expliqué pendant le forum d’Oppenheim que les référencements de vin blanc allemand au monopole de Finlande avaient plus que doublé depuis 2016, les ventes suivant le même mouvement.

Le casse-tête anglais

L’avenir des exportations de vin en direction du Royaume-Uni intéresse tout le monde. Si les ventes ont crû en volume et en valeur au cours du premier trimestre de 2019, c’est essentiellement en raison des achats préventifs effectués compte tenu de la menace du Brexit. Comme l’a expliqué au forum DWI Rob Ivory, de la British Wine & Spirit Trade Association, un Brexit mal encadré nuirait au commerce européen et les entreprises devraient alors augmenter leurs investissements au R.-U. de 20 pour cent.

La Russie renoue avec les vins allemands

Selon le DWI, le marché russe s’intéresse de nouveau aux vins allemands après avoir été très morose, ces dernières années. Comme l’a expliqué Tatiana Böhm, la responsable du nouveau bureau ouvert par le DWI à Moscou, les consommateurs russes sont particulièrement friands de riesling.

De son côté, la directrice générale du DWI estime que dans l’ensemble, les marchés d’exportation devraient continuer de croître, en 2019. D’autant que les ventes peuvent s’appuyer sur un très bon millésime 2018, qui conjugue  qualité et quantité.